Lifestyle

Parlons zéro déchet !

Le titre, très évocateur nous emmène sur un thème que j’évoque pour la première fois sur le blog. Rassurez-vous, je ne suis pas en train de divaguer en abordant ce sujet mais comme toute personne j’évolue, en plus d’être curieuse. Mon côté sensible à l’environnement n’a pas pu s’empêcher de se pencher dessus afin d’analyser mes comportements et par la suite trouver comment les modifier. Bien que l’état de la planète actuelle rende le zéro déchet urgent, on en parle pas assez de mon point de vue. Après avoir exploré quelques blogs spécialisés sur le thème et rencontré des personnes qui ont entamées cette démarche, je partage à mon tour mes trouvailles et observations.

Le concept « zéro déchet »

le concept

J’avais découvert aux informations que l’humanité a épuisé les ressources de la planète pour l’année 2018 le 1er août 2018. En d’autres mots, en sept mois l’humanité a utilisé toutes les ressources renouvelables par la Terre. J’étais abasourdie car en quelque sorte nous consommons les ressources de notre chère planète à crédit, ce qui est très inquiétant. A ce moment là, je m’étais demandée si j’allais faire la sourde oreille ou j’allais me pencher sur ce sujet afin d’améliorer ma manière de consommer ? En d’autres termes, allais-je choisir la raison ou l’ignorance et me décharger de toute responsabilité en pensant compter sur l’action des autres. Vous aurez la réponse dans ma conclusion.

Pour rentrer dans le vif du sujet, le « zéro déchet » s’est développé dans les années 2000 dans les milieux associatifs et s’est popularisé dans les années 2010 en occident. Le but est d’arriver à produire le peu de déchet possible pour préserver la planète. Il requiert quelques sacrifices selon le degrés d’implication,. Il peut par exemple se manifester par le refus d’échantillons gratuits au refus de renouveler sa garde robe. De plus, le zéro déchet a ses limites dans le sens où il faudrait revoir toutes les autres sources de pollution pour plus de résultat.

Quels actes concrets pour réduire ses déchets

image pour les actes

Parler c’est bien mais agir c’est encore mieux, pour cette raison, voyons ensemble quelques démarches concrètes pour intégrer ce concept à notre quotidien. Il y a cet adage qui dit « qu’on a rien sans rien ». De ce fait, on doit modifier nos habitudes afin de limiter les dégâts en matière de pollution. Il est conseillé de ne pas passer du tout au tout, du jour au lendemain. Beaucoup de personnes se fixent cet objectif qui ne cessent de se répandre sur plusieurs mois voire plusieurs années. Réduire les déchets de nos jours relève d’une volonté d’agir. La volonté donne souvent lieu à l’action sachant qu’au 21ème siècle, les moyens sont là pour parvenir à réduire considérablement nos déchets et consommer plus écologique dans chaque acte du quotidien.

Dès le réveil, nous pouvons agir. En commençant par utiliser des produits d’hygiène et de cosmétique avec des contenants ou contenus biodégradables et/ ou faits maison. Dans la cuisine, on choisit les produits vendus en vrac ou en gros et ceux en bouteille en verre plutôt qu’en plastique ainsi que des éponges réutilisables. Plus on cuisinera soi-même, moins on utilisera d’emballage. Bien évidemment on trie ses déchets et si possible, on composte les déchets alimentaires. Pour les enfants, il est possible d’utiliser des couches lavables et mesdames vous avez aussi la possibilité d’utiliser des serviettes hygiéniques et des disques démaquillants lavables. Pour ceux qui se sentent capables de le faire, privilégier les vêtements d’occasion sinon ceux fabriqués à base de matières biodégradable ou très résistant.

Vous serez impressionnés par l’histoire de Marie parue dans le magazine Marie Claire, une jeune américaine de 21 ans ayant changer tous ses habitudes de consommation en un an « A 21 ans elle invente un quotidien zéro déchet, écologique, économique et meilleur pour la santé« .

Qu’en pense le porte-monnaie ?

pourboire-pour-l-equipe-de-preparateurs.jpg1

Pour consommer plus écologique, il faut payer plus cher, c’est l’idée reçue mais est-elle réelle ? La meilleure manière d’être écolo sans faire d’énormes dépenses est de fabriquer au maximum ses produits soi-même à partir de matières premières vendus dans les commerces. L’autre astuce est de prioriser les produits locaux car moins il y a d’intermédiaires et au plus juste sera le prix. En somme, je dirai que cela dépend des produits ou de l’endroit où on les achète. En plus des grandes surfaces qui ont saisi l’engouement lié à ce concept, il y a aussi des magasins proposant des produits bios qui vendent certains produits en vrac. On a d’autres enseignes comme Le Bio C’est Bon ou Eau Vive qui intègrent des espaces dédiés aux produits en vrac dans leurs magasins.

Plusieurs marques de vêtements, d’hygiène et de cosmétiques développent des produits éthiques. Pour les vêtements, on a par exemples Africa Fashion Guide, Chopard, Capsule-Wess ou encore Loom. Si vous voulez aller plus loin côté mode alors l’article « liste de mode éthique » sur le blog de mamanyoupie.com vous sera utile. Weleda est l’une des marques leaders en matière de cosmétiques, Léa Nature aussi offre cette gamme de produits en plus de l’alimentation et des produits hygiéniques.

Si vous avez envie de vous instruire sur le sujet et de sensibiliser les autres à ce concept plus que nécessaire alors Objectif2030.fr vous offre une attestation suite à une formation sur l’environnement. La prochaine session se déroulera du 2 Février au 31 Mars 2019. Vous avez la possibilité de devenir éco-conseiller en tri de déchet, en énergie renouvelable ou pour les nouveaux modes de consommation.

Pour ma part, j’y pense fortement et je me dis que si je peux apporter ma pierre à l’édifice alors je me dois de le faire. Mes actions sont à des extrémités de celles de Marie, la jeune américaine mais cela n’empêche que j’ai tout de même modifié certains comportements en espérant aller encore plus loin dans les mois à venir. En effet, je privilégie l’achat de produits secs en vrac, l’utilisation des serviettes hygiéniques lavables, des brosses à dent biodégradables, une pâte dentifrice en charbon en plus du tri. Je suis une adepte des tissages et tresses alors sur ce point aussi je fournis des efforts en coiffant davantage mes cheveux au naturel.

Connaissez-vous ce concept ? Avez-vous déjà songé à l’adopter ? Partagez votre avis et/ ou votre expérience en commentaire. N’hésitez pas à partager et à aimer l’article s’il vous a interpellé car c’est ensemble que nous pouvons changer les choses.

On se dit, au prochain article !

4 commentaires sur “Parlons zéro déchet !

  1. coucou, je suis très sensible au Zero déchets j’essaie de faire au mieux.

    Pour ma part j’ai adopter comme toi, les serviette démaquillante lavable, et franchement quelle économie et beaucoup moins de déchets.
    La j’ai vu qu’il vendrais des culotte de règle lavable et cela m’attire pas mal, le prix est assez élever mais quand je vois le prix des serviette hygiénique et de plus on ne sait pas leurs composition, je me dit qu’il est temps d’investir.

    J’essaie de moins acheté au supermarché, je vais dans une ferme pour mes fruit et légume et pour la viande c’est pareille, et je fais une économie de malade.

    Pour ce qui est des fringue, je prend de plus en plus d’occasion, vinted est mon best friend, je trouve pas mal de chose avec encore l’étiquette donc ….

    Et chose hyper important, j’ai vu une video sur tweeter d’une tortue avec une paille dans le nez, cela ma briser le coeur, deux heure après j’ai acheter des pailles réutilisable à 10 euros les 9 donc encore une économie.

    je tes fait un roman au commentaire, désolé 🙂

    J'aime

    1. Coucou ma belle, y a pas de souci pour la longueur de ton commentaire, c’était un plaisir de te lire. Waouh tu es pas mal avancée sur le thème 👏🏾.
      Effectivement le prix des serviettes hygiéniques m’avait aussi freiné au départ puis j’ai fait le calcul sur plusieurs mois et j’ai vu que c’était rentable en 7 mois si je ne me trompe pas et cela dépend aussi de la marque.
      Sinon côté fringue, en me connaissant, j’aurai sûrement du mal la dessus (je suis encore très minimaliste sur ce point 😬).
      Je suis choquée par l’histoire de la tortue dont tu parles, ça ne devrait même pas exister ce genre d’acte négative.
      Bisous

      Aimé par 1 personne

      1. Pour le fringue et le makeup je craque encore, c’est quand même hyper dur, en plus il y a constamment de la pub.

        Ah ouais donc cela vaux quand même grave le coup pour changer les serviettes hygiéniques.

        Ouais cela m’a tellement attrister les gens je connaissent pas les poubelles …. l’océan n’est pas une poubelle

        J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s